top of page
  • Photo du rédacteurCBBIKBT

31e anniversaire du massacre des Falaises de Korisćani (Koriscanske Stjene)

Les falaises de Korisćani (ou Koricanske stjene en Bosniaque) sont des falaises presque verticales surplombant le canyon de l'Ilomska, dans les montagnes de Vlašić, non loin du village de Donji Korisćani, profondément de 300 à 400 mètres.



Cependant, aux yeux du public de Bosnie-Herzégovine et notamment de la ville de Prijedor, où de mai à octobre 1992, les forces militaires et policières serbes ont tué 3 173 civils bosniaques et croates de la municipalité de Prijedor, les falaises de Korisćani sont avant tout un lieu où les membres de l'unité d'intervention de la police de Prijedor ont regroupé environ 200 prisonniers du camp de Trnopolje le 21 août 1992, et y ont perpétré un massacre auquel seulement 12 personnes ont survécu.


« Sous prétexte d'échange de populations"


Les victimes étaient des hommes, détenus dans le camp de Trnopolje à Prijedor. Ce camp a été mis en place par la décision du quartier général de crise serbe de la municipalité de Prijedor, et environ 23 000 civils bosniaques et croates de la municipalité de Prijedor y ont été détenus durant un temps plus ou moins long.


Dans ces camps, ils ont été soumis à de nombreux crimes et sévices ( y compris des sévices sexuels).


De mai à août 1992, les unités militaires serbes et les structures policières de la SJB de Prijedor ont participé à des crimes de masse contre la population civile bosniaque et croate de la municipalité de Prijedor.


Pendant cette période, la déportation de la population civile est organisée vers les zones contrôlées par l'Armée de la République de Bosnie-Herzégovine (ARBiH).


Dans ce contexte, le triste convoi de Trnopolje n'était qu'un des nombreux convois formés dans le but de déplacer la population bosniaque et croate à une période où différentes parties de la municipalité de Prijedor étaient déjà soumises à un nettoyage ethnique, et où les nouvelles concernant les camps de Prijedor avaient déjà fait le tour du monde après la publication des images des camps d'Omarska et de Trnopolje dans "The Guardian" par Ed Vulliamy.



Le convoi de Trnopolje se composait initialement de 5 autobus, auxquels se sont ajoutés par la suite d'autres autobus et camions, formant un total de 8 autobus et autant de camions. Deux autobus ont été détachés et emmenés vers les falaises de Korisćani. Les passagers ont été priés de sortir à cet endroit, et c'est là que Darko Mrda a proclamé les mots suivants « vivant pour vivant, mort pour mort ». Les membres de l'unité d'intervention ont alors tirés sur les gens, visant la nuque et le dos, après quoi les victimes ont commencé à tomber dans le précipice.


« Un crime au-dessus d'un autre crime »


Après le massacre, les policiers sont descendus et ont tiré sur les survivants et lancé des bombes. Les témoins rapportent qu'ensuite, les membres de la police sont allés dans un bar faire la fête.


Dans "Ovdje mijenjamo mrtve za mrtve: masakr na Korićanskim stijenama" (Jasmin Medić. "Ovdje mijenjamo mrtve za mrtve: masakr na Korićanskim stijenama".PREGLED - časopis za društvena pitanja 2:113-128. https://www.ceeol.com/search/article-detail?id=795902 ), le Dr Jasmin Medić montre comment les structures militaires et policières serbes, ainsi que les dirigeants politiques de la République serbe, étaient conscients de ce crime, et comment en plaçant des explosifs, en brûlant les cadavres ou en déplaçant les corps vers d'autres endroits, les autorités serbes (locales, régionales et républicaines) ont tenté de dissimuler le crime .



Il souligne également que malgré les informations disponibles et les possibilités techniques d'identifier l'emplacement, les autorités serbes ont laissé la "nature faire son œuvre" sur les corps, ce qui montre un mépris total pour cette affaire. Ce n'est que plus d'une décennie plus tard que des exhumations ont commencé aux falaises de Koriscani. À plusieurs reprises entre 2003 et 2017, des parties de corps sont extraites, mais rarement des restes complets. Lors de la dernière exhumation en septembre 2013, un total de 137 restes ont été retrouvés, dont 86 crânes.


Condammnations


Le procès pour les crimes aux falaises de Korisćani a abouti à des condamnations. Darko Mrđa a été condamné à 17 ans de prison, Damir Ivanković à 14 ans, Gordan Đurić à huit ans, Ljubiša Četić à 13 ans, Zoran Babić à 22 ans, Milorad Škrbić à 21 ans, Dušan Janković à 21 ans, Željko Stojnić à 15 ans, Saša Zečević à 23 ans, Marinko Lepoja à 23 ans et Radoslav Knežević à 23 ans de prison. Ces condamnations ont été prononcées par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et le Tribunal de Bosnie-Herzégovine en réponse aux crimes commis aux falaises de Korisćani.


À propos des criminels à Prijedor et de la construction de monuments commémoratifs


De mai à octobre 1992, les forces militaires et policières serbes sont responsables de la mort de 3 173 civils bosniaques et croates de la municipalité de Prijedor. La ville de Prijedor est devenue célèbre en tant que ville avec le plus grand nombre de criminels de guerre condamnés au monde, et le camp de Trnopolje est considéré comme le camp de civils le plus massif depuis la Seconde Guerre mondiale. Les restes mortels des citoyens tués de Prijedor ont été retrouvés dans pas moins de 501 lieux différents, y compris 73 fosses communes couvrant dix municipalités et trois États - la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Serbie, selon « Preporod info ».


Après trente ans, cet endroit aux falaises de Korisćani , ainsi que de nombreux autres sites à travers la Bosnie-Herzégovine, ne dipose pas d'infrastructure convenable pour rendre hommages aux personnes tués si injustement.


Il est important de souligner que se souvenir des crimes passés, les reconnaître et ériger des monuments commémoratifs revête une importance exceptionnelle pour les sociétés traumatisées par la guerre. Ces étapes permettent de préserver la mémoire collective et de rendre hommage aux victimes, tout en rappelant les erreurs et les horreurs du passé. En faisant face à l'histoire douloureuse, la société peut espérer éviter de répéter les mêmes erreurs et d'empêcher une escalade ultérieure de la violence, renforçant ainsi la cohésion entre les membres, ce qui est un préalable à une société harmonieuse et réussie dans tous les domaines.


Les monuments servent également de rappels tangibles de l'engagement envers la justice, la réconciliation et la prévention de nouvelles injustices. Ils offrent des lieux de réflexion, de deuil et de guérison aux survivants et aux générations futures. En reconnaissant les crimes passés et en érigeant des monuments, les sociétés créent un espace pour la vérité, la responsabilité et la transformation, encourageant la construction d'un avenir qui respecte davantage les droits de l'homme et la dignité, encourage le développement culturel et favorise la croissance économique.


Toujours pas de monument pour les enfants tués de Prijedor


Cependant, comment s'étonner que l'infrastructure visant à commémorer le massacre aux falaises Korisćani soit négligé si lôn tient compte du fait que la municipalité où le massacre a eu lieu continue d'emêcher aux parents des enfants tués dans la municipalité de Prijedor de construire un monument à la mémoire de leurs enfants.



Dunja Mijatović, Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, a déclaré à l'occasion de la Journée des Brassards Blancs le 31 mai 2023 que les autorités de Prijedor devraient lever les obstacles à la construction d'un monument en mémoire des enfants tués de Prijedor.


Le mardi 27 juin 2023, la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe a envoyé une lettre au maire de Prijedor et aux dirigeants de Prijedor, exprimant son soutien à l'initiative des parents et des familles des enfants tués et les appelant à entamer un dialogue avec les parents et les activistes en vue de réaliser leur initiative et de construire un monument.


La Commissaire a clairement souligné dans cette lettre que depuis neuf ans, les parents et les activistes sont confrontés à des obstacles systémiques et à l'ignorance des autorités concernant cette initiative, alors qu'en même temps d'autres monuments aux combattants tombés, dont certains ont été accusés de crimes de guerre, ont été érigés en plein centre de la ville sans rencontrer les mêmes obstacles que l'initiative des familles des enfants tués.


CommHR(2023)21_letter to City Assembly of Prijedor Bosnia and Herzegovina_ENG
.pdf
Download PDF • 136KB

Mme Mijatović a exprimé le sentiment que "les parents et les activistes ont que tout cela semble être destiné à les décourager dans leurs efforts et à les amener finalement à abandonner l'initiative". De plus, elle s'est montrée prête à visiter Prijedor pour discuter de cette question et d'autres questions importantes liées à la confrontation avec le passé, et a invité les autorités de Prijedor à répondre positivement à la proposition de la Commissaire.


Le soutien de l'Association "Commission Brassards Blancs"


En signe de solidarité avec les parents, l'Association "Commission Brassards Blancs" a envoyé une lettre aux autorités de Prijedor les priant d'informer le public de leur réponse à la lettre de la Commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe et a appelé les citoyens et les autres associations à se joindre à cette démarche dans l'espoir d'encourager les parents et de faire pression sur les autorités locales.


Molba za informiranje javnosti o odgovoru na pismo Komesarke za ljudska prava Vijeća Europ
.
Download • 272KB

Plusieurs associations de Suisse et de France, ainsi que leurs membres, ont déjà pris des mesures et se sont joints à cette démarche.


43 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Коментарі


bottom of page